CHEZ LES MOIS 10

Deux ou trois fois dans la semaine, nous rendons la justice… (Comme ces mots sonne­ront étrangement lorsque, plus tard, je conterai mes souvenirs à mes petits-enfants !) A vrai dire, je ne prononce pas d’arrêts, mais, assis les jours d’audience à ma place ordinaire, devant une table de jardin, j’ai l’air de jouer les greffiers et les Mois accroupis m’observent craintivement.

Le tribunal, c’est la véranda de la résidence. Les juges, trois chefs Rhadés. Et la foule des inculpés et des plaignants encombre l’escalier de sa bousculade bigarrée, étoffes rayées, cuisses nues, bracelets, turbans, lances, yeux qui luisent tandis que, sur la place brûlée de soleil, passent les éléphants et les prisonniers, cangue au cou.

La loi des Rhadés ne tient pas dans un Code ; elle est éparpillée dans d’innombrables apologues qu’on s’est transmis d’âge en âge, et les anciens vous les récitent cl’une voix gutturale, en semblant battre la mesure avec leur main levée. Ailleurs, j’ai connu la justice ; ici, j’ai appris l’équité. Et si je puis, maintenant, me représenter Salomon sur son trône, saint Louis sous son chêne, ce n’est ni à la Bible ni à Joinville que je le dois : c’est à ces trois sauvages aux bracelets de cuivre et aux colliers d’étain.

Des trois, j’aimais surtout le plus vieux, Ma Ngay, qui présidait. Tordu par les rhumatismes, il arrivait à cheval, un cheval si petit que les pieds du cavalier traînaient dans la poussière. Pour marcher il devait s’appuyer sur une canne, l’autre main posée sur sa cuisse malade, mais, tout courbé par le mal, il avait encore grande allure. Il s’asseyait drôlement sur son fauteuil d’osier, un pied ramené sous lui, si bien qu’il pouvait poser son menton sur son genou et c’est dans cette posture qu’il suivait les procès, le visage dur, sa joue ridée toujours gonflée par une chique de bétel.

Y Thuop, le plus jeune, était aussi le plus moderne. Il arrivait à bicyclette, et, en guise d’écharpe, il se nouait autour des reins une serviette éponge. Pourtant, comme c’était un personnage, il ne se montrait jamais sans sa petite veste à brandebourgs rouges et boutons de cuivre qui restait large ouverte sur sa poitrine athlétique.

Ma Bli, le troisième juge, n’avait pas l’air sévère. Toujours drapé dans une couverture, comme s’il avait eu froid, il souriait sans arrêt, l’œil rusé, même quand il réclamait la pendaison.

C’était Y Thuop qui menait les débats. Il prenait des airs importants, bâillait, s’étirait, renouait sa serviette, interrompait les témoins. Moins d’expérience que Ma Ngay, sans doute ; moins de malice que Ma Bli ; mais plus d’in­telligence dans le regard, plus d’autorité dans la voix. Et il en fallait pour tirer ces procès au clair !

Parfois, toute la population, d’un village venait déposer, moitié pour, moitié contre, et, à peine le plaignant avait-il dit deux mots que le tohu-bohu éclatait. Les vieilles s’arrêtaient de chercher leurs poux, les hommes enfonçaient leur chique, les enfants dodus ne pouvaient plus téter, rejetés dans leur couverture, et tout cela beuglait, menaçait, injuriait, sans qu’on pût comprendre, dans cet affreux vacarme, de quoi il était question. Y Thuop y parvenait tout de même… Dix fois, il reprenait l’interrogatoire, appelait l’un, renvoyait l’autre, riait bruyamment de les entendre hurler, et, subitement, les mois de prison tombaient, les amendes, les sacrifices aussi : un porc ou un buffle qu’il faudrait égorger. L’arrêt rendu, on échangeait les bracelets et le village pacifié repartait en file indienne, la hotte au dos…

De temps à autre, c’était une femme ou un homme trompé qui venait réclamer le châti­ment des coupables. Oui, même là-bas… L’a­dultère, comme le boire et le manger, est de tous les pays.

A ce moment on voyait Ma Bli, jusqu’alors immobile, s’agiter sous sa couverture. Coupant pour une fois la parole à Y Thuop, qui allait demander à la Moïesse si elle avouait sa faute, il questionnait astucieusement :

—                 Combien de fois as-tu trompé ?

L’autre tombait dans le piège. Au lieu de nier, elle répondait « Une », croyant se faire pardonner.

—                 Tu seras punie ! criait Ma Bli triomphant.

Et Y Thuop, renversé sur son fauteuil, en

riait aux éclats.

Il se jugeait surtout des affaires embrouillées de partage, de vente, d’héritage, et ils apportaient dans ces querelles d’argent le même acharnement que les paysans de chez nous. Comment savoir qui a raison ? Pas de papiers, de contrats, de reçus, puisqu’ils ignorent l’écriture. Rien qu’un bracelet qu’on vous montre, des témoins circonvenus qui se démentent en braillant.

Comment ont-ils seulement pu inscrire les objets qu’ils se disputent ? En faisant des en­coches à un bambou, des nœuds à une ficelle…

— Il ment ! s’écriait un Moï ingénu à qui un Annamite réclamait cinquante piastres. Je n’ai que vingt sept nœuds à ma ficelle.

Et il la brandissait, sûr de son bon droit, confiant en son bout de corde, comme un chi- caneau de province en son papier timbré.

Besuchen Sie uns unter: Cruise Halong bay | excursion 2 jours à ninh binh | circuit cambodge vietnam | voyage au vietnam | Voyage Vietnam authentique

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress